La voix des sans-voix

Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte.

Il y a quelques jours, j’ai regardé la série policière « Boulevard du Palais ». Les personnages de cette série, le commandant Rovère et la juge Lindz, sont inspirés du roman Les Orpailleurs, du regretté Thierry Jonquet.

Thierry Jonquet, mort en 2009 à l’âge de 55 ans, laissant alors un grand vide derrière lui. Un grand écrivain. Qui écrivait « des romans noirs. Des intrigues où la haine, le désespoir se taillent la part du lion et n’en finissent plus de broyer de pauvres personnages auxquels je n’accorde aucune chance de salut. Chacun s’amuse comme il peut. »

Thierry Jonquet, c’est l’auteur de Mygale, adapté au cinéma par l’immense Almodovar avec Antonio Banderas. Mais aussi Moloch, La Bête et la Belle, Le Bal des débris. Et son dernier roman (achevé) : Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte.

Du roman noir, mais aussi du roman social. Comme on en fait peu.

L’épisode de « Boulevard du Palais » que je regardai il y a quelques jours, « Trop jeune pour toi », était un hommage à Thierry Jonquet. Rovère reçoit un coup de fil. Un de ses amis est malade, il est dans le coma à l’hôpital. « 55 ans ! » s’énerve Rovère, en conflit permanent avec la vie, conflit qu’il noie dans le sarcasme, l’humour noir et plus généralement dans l’alcool.  Non que ce soit une « épave » comme on lui dit souvent. « Les gens qui se noient ne sont pas des épaves, ce sont des naufragés. » répond-il alors.

Cet ami que Rovère pleure, aime ce poème de Victor Hugo, vous savez, « À ceux qu’on foule aux pieds », écrit en 1872 pour réclamer l’amnistie des condamnés de la Commune. Il l’aime au point d’avoir donné comme titre à son dernier livre, paru en 2006, le vers le plus célèbre de ce poème. Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte. Rovère demande alors à son ami Hannibal Pluvinage, médecin légiste et poète macabre, si les gens qui sont dans le coma entendent ce qu’on leur dit. « Qui sait ? »

Rovère se rend au chevet de son ami. Il y déclame alors ce poème de Victor Hugo :

«Ceux qu’on accable, ceux qu’on frappe et qu’on foudroie

M’attirent ; je me sens leur frère ; je défends

Terrassés ceux que j’ai combattus triomphants ;

(…)

Je défends l’égaré, le faible, et cette foule

Qui, n’ayant jamais eu de point d’appui, s’écroule

Et tombe folle au fond des noirs événements ;

Etant les ignorants, ils sont les incléments ;

Hélas ! Combien de temps faudra-t-il vous redire

A vous tous, que c’était à vous de les conduire,

Qu’il fallait leur donner leur part de la cité ;

Que votre aveuglement produit leur cécité ;

D’une tutelle avare on recueille les suites,

Et le mal qu’ils vous font, c’est vous qui le leur fîtes.

Vous ne les avez pas guidés, pris par la main,

Et renseignés sur l’ombre et sur le vrai chemin ;

Vous les avez laissés en proie au labyrinthe.

Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte ; »

Je vous avoue : j’avais les larmes aux yeux.

A la fin de l’épisode, on apprend que cet ami est Thierry Jonquet. Et qu’il est mort.

C’était l’hommage du personnage à son maître.

La voix de Jean-Françoise Balmer, interprète du commandant Rovère, lisant ce poème m’accompagne tous les jours depuis une semaine.

Sincères Condoléances,

Oskar Kermann Cyrus

Bonus secret : si vous me demandez gentiment par commentaire, je vous donne un lien magique pour télécharger (pas bien) cet épisode. Pour cela, il faut que vous renseigniez correctement le champ « e-mail » du formulaire de commentaire.

Profitez-en alors pour me dire ce que vous pensez de la vie, de Jonquet, de Rovère ou Jean-François Balmer. Ou même de la juge Lindz. Peut-être même nous sommes nous déjà croisés.

Publicités

2 réflexions sur “La voix des sans-voix

  1. Une des rares séries que je regardais lorsque j’avais encore la télé. Je trouvais les personnages vrais et remplis d’humanité.
    Et tous les intervenants me plaisaient, avec une toute petite préférence pour Pluvinage, son humour et ses poèmes.
    Apparemment ça na pas changé, tant mieux.

    J'aime

Posez une bombe

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s