Heavy WAR : DEUTSCHLAND !

Deutschland !

C’est pas des blagues: les allemands sont champions en rock, punk et metal. Plus généralement, j’aurais pu faire un numéro spécial « pays nordiques », mais il aurait fait 300 pages, aurait été super cher et disponible uniquement en librairie (chiche!). Et puis bon, je sais qu’il ne faut pas vous nourrir trop abondamment, vous qui êtes subitement anorexiques sitôt arrivé à Sodome et Gomorrhe: vous passez sans vous signaler, sans même dire bonjour, parfois, et pourtant je sais que vous êtes là (par accident)? Alors pour ce premier numéro de Heavy WAR, je vais vous parler de ce pays politiquement ravagé mais culturellement riche, particulièrement quant il s’agit de sous-culture (au sens de souterrain, encore une fois) et de culture underground. Excursion dans le metal Allemand. DEUTSCHLAND !

Quand vous cherchez « Metal Allemand » sur Google, vous tombez assez rapidement sur deux groupes légendaires du Heavy Metal, et pour peu que vous ne les connaissiez que de nom, ou alors assez vaguement, vous n’avez alors aucun soupçon sur leur origine Allemande, et pour cause: ces deux groupes chantent en Anglais. C’est courant, me direz-vous, mais moi, ça m’énerve un peu. Quand on a une langue aussi taillée pour le metal que l’Allemand, on va pas se prostituer chez l’oncle Sam. Mais bon, il faut bien que je vous parle de ces deux putes, au demeurant fort sympathiques à l’oreille, bien qu’ayant un côté poseur assez ridicule, on le verra.

Accept

Accept est un des groupes légendaires du metal allemand. C’est pas moi qui le dis, c’est Wikipedia, vous voyez que j’écris des choses sérieuses, quand même. Bon, quand j’ai cherché Accept sur Youtube, dont j’avais repéré le nom sur l’affiche du Hellfest 2013, je suis tombé sur ce clip absolument grotesque, au nom pourtant évocateur: « Teutonic Terror », titre qui hurle à la face du monde « mais enfin, vous voyez qu’on est allemand » (en Anglais dans le texte). Pas désagréable.

Notez la chorégraphie trop choupinou que n’auraient pas boudé les One Direction (vous savez, le boys band puceau Anglais de l’année). Alors que j’ai plutôt tendance à penser que le ridicule devrait tuer, là, je suis quand même assez heureux qu’il ne tue pas. Parce que malgré tout, c’est plutôt un bon groupe, et si l’on dépasse leur chorés nulles et leur attitude encore plus sclérosée que les articulations d’Ozzy Osbourne, on s’aperçoit que ce n’est pas que du divertissement. En effet, Accept est un groupe engagé. Leurs textes, dès les années 80, ont revêtus des allures politiquement subversifs dans un genre politiquement « dégagé » (comme dirait Pierre Desproges, un connaisseur). Ils seront parmi les premiers à parler d’homophobie, mais aussi de l’esclavage, du racisme, du nazisme, de la non-réglementation des armes aux USA, de la peine de mort et d’autres sujets assez difficiles à aborder en metal.

Voilà pour Accept. Et comme subitement, ils me sont sympathiques, je vous passe un live:

Scorpions

Beaucoup plus poseurs, et beaucoup plus dégagés, Scorpions. Scorpions, c’est LA légende du Heavy metal allemand. Ach, comme ils disent. Je reste perplexe. Pas forcément parce qu’ils ont osé le duo avec Amandine Bourgeois, non. Mais Scorpions, ils ont quand même commis ça:

Cette horreur de slow niaiseux plein de miel et de sirop de grenadine, qui dégouline partout que ça en devient poisseux, berk. Je déteste. Quand le metal fait chichiteux, à se vautrer dans ce genre de bouse larmoyante, ça me révolte. Laissons ça à Céline Dion, nom d’une bête à cornes ! Voilà. Et en plus, ils ont osé faire cette « chanson » en duo avec Amandine Bourgeois, que j’ai déjà nommée. Un désastre.

C’est beau comme du Tokio Hotel. Je suis à peu près certain que vous n’êtes pas allé jusqu’au bout de la vidéo. Normal. Sinon, il leur arrive de faire des collaborations plutôt judicieuses. Si. De la musique, rarement. C’est pour ça qu’ils invitent des gens plus doués qu’eux. Et c’est donc le cas quand ils invitent la magnifique, superbe, divine, l’unique Tarja Turunen, dont je parlerai plus dans un prochain numéro de Heavy WAR.

J’ai tout à fait conscience du sacrilège que je viens de commettre pour tous les puristes du metal, mais comme j’aime encore moins les puristes du metal que la coiffure du chanteur de Tokio Hotel, j’en ai strictement rien à faire. Mais si ça vous fait hurler, n’hésitez pas à poser un bombe, en bas de l’article, j’aurais au moins réussi à faire réagir votre cerveau de larve inerte. Bande de mous.

Rammstein

On arrive enfin aux choses sérieuses. Si. Les groupes teutons qui yaourtent de l’anglais, c’est terminé. Ou presque:

Ouais, Till Lindemann qui chante en anglais, ça a toujours été un grand moment. En passant, vous aurez remarqué les images du clip tirées du fameux film de Leni Riefenstahl « Les Dieux du Stade » (pas le calendrier, le film de propagande nazie tourné à l’occasion des jeux olympiques de Berlin de 1936). Ce clip leur a valu une dure réputation de Nazis, réputation qu’ils se traînent encore dans toutes les cervelles ploucs d’Europe, et particulièrement de France. Pour se justifier de cet usage un poil pas maîtrisé des images pourtant très belles de Leni Riefenstahl, ils ont déclaré, sans rire, « on savait pas ». Si.

Mais la chose la plus importante à noter sur Rammstein, c’est qu’ILS CHANTENT EN ALLEMAND! Aaaaah. Enfin. Il faut dire qu’ils ont commencé en Anglais, vraiment à leurs débuts. Et ils ont commencé à avoir du succès après avoir choisi l’allemand comme langue de prédilection. Ce qui fait qu’aujourd’hui, Rammstein est un des groupes de metal les plus vendeurs au monde, et qu’ils ont, en passant, rempli le Madison Square Garden de New-York l’année dernière. Alors Rammstein, c’est ça:

Un club poisseux, du feu, des enfants dans des cages (leur vraie place), des serpents, et un metal electro vénéneux et martial. Du pur poison. Récemment, ils ont ressenti le besoin de publier un best-of abscon et inutile, mais qui leur a donné la possibilité de réinterpréter un de leurs meilleurs titres: « Mein Herz Brennt », sur l’album « Mutter » (un des meilleurs, si ce n’est LE meilleur album du groupe). Alors voici, sans tarder, la version normale et son magnifique clip:

Et la version piano-voix, bouleversante :

Et bien entendu, ce qui est vraiment important chez Rammstein, c’est le live. Des concerts pyrotechniques à la hauteur de leur musique, grandioses, métalliques, électroniques… et brûlants. Alors voici, pour finir, une récente prestation live à l’occasion du Download Festival:

Oomph !

Si Accept est considéré comme le second plus grand groupe de Heavy Metal allemand après Scorpions, Oomph ! arrive juste après Rammstein. Eux aussi ont le courage d’officier en allemand. Même s’ils ont sorti un best of en Anglais inutile bien que réussi. Alors commençons par leur tube: « Augen Auf » et son clip plein d’enfants diaboliques.

Oomph a aussi sa dose de scandale. Nominé aux Echo Music Awards de 2006, ils furent finalement censurés à cause de leur single « Gott ist ein Popstar », comparant religion et show-business. La chanson, plus orientée Pop mais qui garde la signature du groupe est pourtant un succès. en voici le clip:

Dans le même album, « GalubeLiebeTod », on trouve également cette perle: « Das Letzte Streichholz ».

Enfin, si GlaubeLiebeTod a eu un succès mérité, on a pu lui faire le reproche d’être trop long, et peut-être plus brouillon que « Augen Auf ». En 2008 paraît alors « Monster », pour moi le meilleur de leur discographie, inventif, fou, dangereux, audacieux, bref: labyrinthique et beau. Alors en guise de conclusion: Labyrinth.

Sincères Condoléances,

Oskar Kermann Cyrus

Bonus: Rammstein feat. Marilyn Manson – « The Beautiful People »

Publicités

Posez une bombe

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s