En mémoire d’un bouquiniste

Il était bouquiniste.
Un de ceux qui lisaient les livres avant de les vendre.
Il était bouquiniste.

Il était bouquiniste.
Il m’avait filé des vinyles de Nina Hagen et de Patti Smith.
Il était bouquiniste.
Et un peu anarchiste.

Il était bouquiniste.
Il aimait les livres.
Les vieux livres comme les moins vieux, les beaux livres comme les moches.
Il était bouquiniste.

Il était bouquiniste.
Un peu anarchiste, et très antifasciste.
Il était bouquiniste.

Il était bouquiniste. Il était bouquiniste. Il était bouquiniste.
Il était. Bouquiniste.
Il était.

Oskar Kermann Cyrus

Publicités

2 réflexions sur “En mémoire d’un bouquiniste

  1. Franchement, bravo! je l’ai quelques uns de tes articles dont ce poème et j’adhère totalement. J’ai mon propre blog depuis bientôt 4mois, si tu y vas, peut-être y trouveras-tu une certaine connivence… sache en tout cas que je suivrai ton blog avec attention, et si tu m’y autorises, je partagerai volontiers quelques uns de tes articles sur mon blog!

    J'aime

Posez une bombe

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s