Dirty PÖP / Salement PÖP – New Soul

La soul est une composante importante de la musique noire américaine. De Billie Holiday à Nina Simone pour aller bien sûr vers Aretha Franklin, Stevie Wonder, Prince, la soul est parfois jazz, souvent blues, parfois funky. Ces dix dernières années, une nouvelle vague d’artistes soul pas forcément noirs a déferlée chez vos disquaires, bouleversant même la mécanique bien huilée du R’n’B mainstream.

Amy Winehouse, Adele, divas anglaises

Le 23 Juillet 2011, la diva soul britannique Amy Winehouse entrait dans le légendaire « club des 27 », rejoignant Hendrix, Jim Morrison et Janis Joplin, concluant une carrière courte mais qui marquera pourtant l’Histoire de la musique soul.

S’éloignant du R’n’B radio aseptisé, revenant au blues et aux racines de la musique noire américaine, la diva anglaise a signé un des plus beaux albums de soul jamais écrit. Back to Black, succès mondial, est un opus majeur du genre, marqué par la voix blues éraillée de la chanteuse.

Ce disque fait exploser un genre alors assez en sommeil. Dans la foulée, des copies conformes d’Amy Winehouse sont promues par les majors, projetant des artistes contre le mur de la célébrité éphémère. Une voix pourtant se démarque, toujours anglaise, celle d’Adele.

Adele est blanche avec une voix black. Sa voix fragile, subtile, porte le blues avec une classe toute britannique. Elégance qui la fera entrer dans l’histoire avec 21, un des albums les plus vendus de l’Histoire de la musique. Consécration ultime, elle écrira une des meilleures chansons de la saga James Bond avec le sublime Skyfall.

Noisettes, Hybride rock / pop / soul

Puisqu’on y est, restons en Grande-Bretagne. Formé en 2003 par Shingai Shoniwa (chant, basse) et Dan Smith (guitare), rejoint par le batteur obsessionnel Jamie Morrison, est un groupe hybride, se frottant à la pop electro, au rock et à la soul avec un aplomb aussi jouissif que surprenant. Mais c’est en 2009 qu’ils explosent avec l’album Wild Young Hearts.

Après le départ non remplacé de Jamie Morrison, le groupe s’oriente plus sérieusement vers la pop avec l’album Contact, qui passe quasiment inaperçu. A quand le virage soul ?

Frank Ocean, le Sagan de la musique

En juin 2012, Frank Ocean provoque un mini-séisme sur la planète Hip-Hop en devenant le premier chanteur de son niveau à faire son coming-out. Malgré les nombreuses critiques sur cette annonce, faite juste avant la sortie de son premier album Channel Orange, ce court texte n’a rien d’un coup de pub. L’album traite en effet de l’été où il est tombé amoureux d’un ami, à 19 ans.

Distribué dans l’album, le texte est un véritable morceau de littérature, et confirme qu’Ocean n’est pas là pour reprendre le flambeau d’un R’n’B mainstream agonisant. Channel Orange, plus soul que R’n’B est une claque musicale avec ses structures complexes et ses mélodies novatrices. D’un point de vue littéraire, Frank Ocean a ni plus ni moins écrit le Bonjour Tristesse de la musique, ou la chronique mélancolique d’un été où tout bascule. Sur le déchirant Bad Religion, il traite de l’homosexualité et de sa relation compliquée avec la religion, faisant le parallèle entre l’amour de Dieu et son amour pour un homme. « Pour moi ce n’est rien d’autre que le culte d’un seul homme. »

Janelle Monae, Electric Lady

La lady de la new-soul, c’est elle. Personnage barré, artiste au charisme incroyable, Janelle Monae n’a pas le succès qu’elle mérite. Adoubée par Prince et Outkast, Janelle Monae vogue entre R’n’B / rock et pop tout en restant les deux pieds dans la soul. Un peu jazzy, un peu bluesy, un peu funky, elle et Frank Ocean signent tous les deux un brillant avenir pour la musique noire américaine.

Après un EP remarqué, Metropolis : The Chase Suite, début des Metropolis Suite, opera soul complètement barré où elle incarne une chanteuse échappé d’un futur autoritaire, remplacée dans son époque par un clone androïd du nom de Cindi Mayweather, elle sort l’album The ArchAndroid (suite II and III), elle prolonge le concept, s’inspirant pêle-mêle d’Hitchcock, Debussy, Fritz Lang et Philip K. Dick, utilisant la science-fiction pour parler de notre société de classes.

Les Metropolis Suites se poursuivent dans son dernier magnifique album, Electric Lady, ou elle chante avec Prince, Big Boi et Erykah Badu.

L’avenir du R’n’B mainstream ?

Evidemment, les poids lourds du R’n’B maintream ont compris que pour rester dans la course, il fallait s’aligner. Alors de Beyoncé à Justin Timberlake, en passant pas Rihanna et Christina Aguilera, tous se sont refait une belle crédibilité à coup d’albums musicalement bandants.

Sex, music, sun,

Oskar Kermann Cyrus

Bonus: la playlist de la chronique, et quelques extras vachement biens, quand même.

Posez une bombe

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s