Sodome et Gomorrhe, c’est terminé (ici)

 bann_newsletterv1

Très chers citoyens de Sodome et Gomorrhe, votre ville évolue.

Depuis 2009, ce blog a beaucoup changé. D’un blog personnel il est devenu un mini webzine culturel (et, disons le, surtout musical). Il y a quelques temps déjà que l’évolution des services fournis (de moins en moins) par wordpress.com a commencé a me déranger, quand de plus en plus d’options sont devenues payantes. Le coup de grâce est arrivé quand wordpress a intégré de la publicité dans chacun de mes articles, sans m’en informer et, surtout, sans que je touche un centime (si je suis obligé d’héberger de la pub, autant que ça rapport un peu). S’est donc posé la question de la migration de ce blog vers d’autres horizons. Et bien voilà. C’est fait. C’est emballé, sodomeetgomorrhe.com n’est plus ici (cliquez, vous allez voir).

A première vue, pas beaucoup de changements. La charte graphique est la même, le menu est quasiment le même, et une grande partie des articles ont été importés (manuellement: l’option de migration automatique de wordpress.com vers un hébergeur autonome étant elle aussi payante). Mais les possibilités y sont infinies.

Première nouveauté: la newsletter. Vous trouverez sur le nouveau site, dans la colonne de droite, le formulaire d’abonnement au « Courrier de Sodome », le bulletin d’information sur les villes de Sodome et Gomorrhe.

Deuxième nouveauté: la rédaction accueille un nouveau membre ! Nathanaël Uhl, déjà responsable ici de 17 épisodes chauds bouillants de ses cultissimes « Kinky Summer Sounds », devient rédacteur permanent (mais intermittent, tient-il à souligner) de Sodome et Gomorrhe ! Il aura une totale liberté dans ses publications et saura, j’en suis certain, vous faire réagir.

Alors, chers citoyens, chers abonnés, ce post est le dernier que vous recevrez par mail ou dans votre reader. La rédaction migre vers d’autres horizons, pour refaire Sodome et Gomorrhe, en mieux. Vous nous suivez ?

Sincères Condoléances

Oskar Kermann Cyrus

Lana Del Rey violée par le monde merveilleux des médias

capturelanadelrey

Dans un système médiatique dont le but n’est pas l’information mais la recherche de profits, les journalistes d’aujourd’hui publient sans vérifier des informations, vraies ou fausses, dont le but n’est pas de vous éclairer mais de susciter une émotion chez le lecteur qui va ensuite partager l’article, et par là-même faire engranger aux médias en ligne des sommes considérables en revenus publicitaires. Dernier incident en date: le buzz autour d’un montage vidéo amateur comportant des images inédites d’un présumé court-métrage où l’on voit la chanteuse Lana Del Rey se faire violer par Eli Roth (réalisateur du très dispensable Hostel). Ce montage amateur, de médiocre qualité, s’est retrouvé au fil des articles comme le nouveau clip de Marilyn Manson, accusé pour l’occasion de « glamouriser » le viol à seule fin de publicité. Analyse d’un buzz fabriqué par les médias. Lire la suite

Unis pour l’Art Dégénéré

coverfbSG2

Les vacances sont terminées. Après plus d’un mois de silence, les fascistes qui ont saccagé le Tree de Paul McCarthy place Vendôme m’ont sorti de la torpeur, de la paresse, de la vie tranquille qui s’écoule loin de tout. Je n’ai écouté que partiellement les informations, je ne veux plus rien savoir de ce monde qui plonge, je n’ai qu’une existence et l’urgence de vivre. Mais le monde me rattrape, le rôle de celui qui écrit étant – entre autres choses – de le détruire plus vite qu’il ne se détruit lui-même, l’Art me semble alors le dernier bastion à défendre jusqu’à la mort. Lire la suite

Front de Gauche : lettre aux militants

fdg_bann

Vos guerres sont stupides. Vu de ma fenêtre, je vois une cour d’école où des petits merdeux se disputent des putains de cartes pokémon. Des petits cons la morve au nez qui en sont encore au stade du « m’dame l’aut’ il m’a traité ». Quand je vois le pitoyable spectacle que vous donnez quotidiennement sur les réseaux sociaux, j’ai de sérieuses envies de meurtre. J’ai donc repris les armes. Lire la suite

Louise Erdrich brise le silence

dans le silence du ventBrillant !Les romans de Louise Erdrich sont de ceux qui vous frappent à l’estomac et vous laisse un bleu à l’âme longtemps après. Ils sont une main qui tantôt caresse, tantôt frappe, ils sont forts et doux, tortueux et directs, nourris par la colère du peuple Amérindien, de ses blessures, d’une Histoire douloureuse, mais aussi d’une culture riche, vivante, foisonnante. Héritière d’une tradition orale ancestrale, la littérature de Louise Erdrich réveille pour nos yeux l’âme d’une Amérique qui existait bien avant l’arrivée des premiers colons. Son dernier roman, Dans le silence du vent, qui a reçu l’an dernier le prestigieux National Book Award, est certainement l’un des plus forts d’une auteure déjà comparée à William Faulkner, Toni Morrison et Gabriel Garcia Marquez.

Lire la suite sur Mais Livrez-Vous