Je l’écrase cette France qui pue

J’ai gardé une bouteille. Une bouteille pour le jour de la mort du vieux borgne, ce vieux déchet immonde qui squatte encore ce matin ma radio mes écrans mes journaux et ma tête. J’ai gardé une bouteille. Une bouteille quand son cadavre puant reflétera pour de bon l’intérieur de son crâne : une moisissure, une merde sur un trottoir, la bête malade qui contamine le troupeau. Il n’est qu’un virus en fin de vie, et qu’elle soit courte cette existence qui a déjà trop duré. Lire la suite